EXPOSITION À L’ÉCOLE HOURDÉ : ILLUSTRATION DE LA LARGE PALETTE ARTISTIQUE QU’ELLE REPRÉSENTE

Les 25 et 26 février derniers se tenait une exposition au sein de l’école Hourdé (qui regroupe l’atelier Hourdé, c’est-à-dire l’école préparatoire et l’ESAT, Ecole supérieur des arts et techniques) dans le 17e arrondissement de Paris. Cult&So s’y est rendu…

Les artistes ont tous un lien avec l’école

ESPER 4
Oeuvre d’Esper

L’école est née en 1987 sous l’initiative de Philippe et Anne Hourdé, sur les lieux du théâtre de l’Européen, existant depuis 1872. Depuis 2009, ce sont les deux fils de Philippe, Thomas et Julien, qui en ont repris la direction.

Cette exposition regroupe une large palette d’artistes, ayant tous un rapport avec l’établissement. Anciens étudiants, artistes ayant participé à la décoration de la façade du théâtre de l’Européen, comme Jef Aérosol, « street artist » s’exprimant à base de pochoirs, de noir, blanc, rouge et de photographies diverses. Mais aussi anciens professeurs ou encore intervenants tels que Bert Bélanger, qui superpose photographies, signes, symboles, couleurs et matières.


Une exposition variée 

Large palette, donc, de l’abstrait au street art en passant par la photographie et la sculpture.

Albatom
Oeuvres d’Albatom

On retiendra notamment les oeuvres d’Albatom, sérigraphies décalées et pleines d’humour, à coup sûr inspirées de la culture occidentale des années 1980. Par exemple la fusée de Tintin dans laquelle un personnage s’exclame « inch’allah ! », ou encore la discrète présence de Spiderman et Hulk sur une paroi des grottes de Lascaux.

Toujours dans un humour décalé, mais peut-être plus noir et exacerbé, on retrouve July One, qui montre Kim Phuc, cette jeune fille photographiée alors qu’elle hurlait de douleur, brûlée par le napalm en 1972 au Vietnam. Elle est ici poursuivie par les stormtroopers de Star Wars sur fond du logo Disney. Images fortes qui
se mélangent et rendent le spectateur perplexe : doit-on rire ?

JULYONE
Oeuvre de July One

Sourire ? Interpréter l’image comme une critique de notre société de guerre et de consommation ? Les trois à la fois ? Les stormtroopers sont bien le produit des Américains, tout comme Disney, et ce sont bien ces Américains qui ont attaqué au napalm des villages vietnamiens. Cette toile provoque un choc des images et des cultures tout en restant esthétiquement agréable à regarder.

On reconnaît Esper, ancien étudiant de l’Atelier Hourdé et de l’ESAT, à ses dessins de femmes si particulières et dans les coiffures desquelles il intègre des formes calligraphiques.

On pourrait encore citer beaucoup d’artistes. Nous n’en ajouterons que trois :

PHOTOGRAPHIE EXPO
Photographies d’Aurélie Vandenweghe

Yann Minh dont on doit voir les oeuvres à travers une application sur smartphone : le dessin apparemment simple évolue et se transforme sur l’écran. Aurélie Vandenweghe, photographe de talent. Et enfin
Jérôme Mesnager dont tout le monde a déjà croisé le célèbre personnage de « l’homme en blanc » dans les rues de Paris.

Marion MAYER

 

Vous pourrez retrouver l’école et certains de ses intervenants lors de ses Portes ouvertes les vendredi 17 et samedi 18 mars, au 5 rue Biot à Paris. Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site de l’école ou par téléphone au 0145225812. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s