BOOBA EST-IL UN GENIE LITTERAIRE ?

Qu’on l’aime ou qu’on le déteste, le rappeur Booba laisse rarement indifférent. C’est de ce postulat qu’est partie l’association étudiante « Révolte-toi Nanterre » (de la Fédération Francophone de Débats) pour organiser, vendredi 6 avril 2018, le procès du rappeur. Cult&So s’est entretenu avec Georges Milolo, étudiant en master 1 Droit des affaires à Nanterre et président de l’association.

Cult&So : En quoi consistent les « Procès de … » que vous organisez chaque année ?

Georges Milolo : L’objectif est d’organiser des procès de personnages marquants ; fictifs ou réels. Depuis 2013, nous avons déjà jugé Molière, Mao, Talleyrand et Dark Vador. Comme dans les vrais procès, il y a les charges, la défenses, etc. On souhaite créer des évènements ludiques et montrer que l’art oratoire n’est pas une activité « chic », mais bien un outil pédagogique.

Ces évènements sont ouverts à tous ! Etudiants en droit, économie, sciences, littérature… On cherche justement à faire connaitre l’art oratoire au plus grand nombre.

C&S : Pourquoi avoir choisi Booba cette année ?

G. M. : Booba est un personnage clivant. C’est un génie dans son domaine – le rap – et en même temps il a beaucoup de détracteurs, qui critiquent souvent son côté trash. Mais il est surtout réaliste ! Comme il le dit lui-même, « ma muse c’est la street ».

Ce que nous admirons chez lui, c’est qu’il est autant apprécié dans les cités que dans les quartiers bourgeois. S’il parle à autant de jeunes, c’est forcément qu’il révèle quelque chose de notre époque.

Il est aussi souvent critiqué à cause de son rapport à l’argent. Comme me l’a dit un jour un collègue, Booba est le suppôt du capitalisme. Mais je ne pense pas qu’il le revendique, il est juste fataliste et ne fait pas la morale.

Je sais qu’il est aussi critiqué pour la misogynie de certains de ses textes. Je pense qu’il dénonce plutôt le machisme ambiant de notre société. Dans A la folie par exemple, il explique : « Malgré tout, j’les respecte toutes / Tu l’sais si t’as croisé ma route ».

Le but du procès, c’est de montrer le génie littéraire de Booba. Il construit des images grâce aux mots. Il est d’ailleurs souvent comparé à Céline ou Genet !

C&S : Comment se déroulera le procès ?

G. M. : Ce sera comme aux assises. Il y aura le président du tribunal et ses assesseurs, les procureurs qui représentent la société, les parties civiles (le Collectif « Ni Pute ni Soumise ») et la défense qui sera axée sur le génie littéraire de Booba.

Sera-t-il condamné ou acquitté ? Les huit membres du jury composé d’avocats, de journalistes et d’hommes de lettres décideront. Parmi eux, l’avocat du rappeur Fianso Steeve Ruben, le maire Les Républicains de Troyes François Baroin (professeur d’art oratoire et grand fan de rap, notamment du groupe IAM) et l’écrivaine Marie Debray, auteure de Ma Chatte, lettre à Booba.

Parmi les plaideurs, 40% seront des professionnels et 60% des étudiants. Le but est bien d’inciter ces derniers à prendre la parole.

L’évènement aura lieu à l’Université de Nanterre et sera gratuit. On attend environ mille personnes entre 19 et 27 ans.

Propos recueillis par Marion MAYER

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s